Le cabinet JACQUES BOULARD et ses collaborateurs s’engagent à vous offrir le meilleur service possible à tout moment. Si toutefois vous veniez à ne pas être satisfait(e), nous vous invitons à nous en faire part sans attendre.

Toute réclamation est à nous adresser aux coordonnées suivantes :

JACQUES BOULARD

Service de traitement des réclamations

14 rue de Richelieu

75001 PARIS

Vous pouvez également nous solliciter par mail à prodim@jacquesboulard.fr (équipes gestion) ou indemnisationsjbsa@odealim.fr (équipes sinistres) ou encore par téléphone au 01 48 74 09 87.

Nous nous engageons à :

  • Accuser réception de votre réclamation dans un délai maximum de dix (10) jours ouvrables à compter de sa réception
  • Apporter une réponse (positive ou négative) dans un délai de deux (2) mois suivant la réception de la totalité des éléments de votre réclamation, sauf survenance de circonstances particulières dûment justifiées. Si tel est le cas, une information vous sera communiquée en ce sens.

Si vous estimez que la réponse qui vous a été apportée n’est toujours pas satisfaisante, sans préjudice des autres voies de recours légales à votre disposition, vous pouvez saisir le Médiateur compétent.

Lorsque la demande concerne la distribution ou le conseil apporté, il s’agit du Médiateur de l’Assurance.

À partir du site Internet : https://www.mediation-assurance.org/

Par mail : le-mediateur@mediation-assurance.org

Par courrier en écrivant à :

Médiation de l’Assurance

Pôle Planète CSCA

TSA 50110

75441 PARIS CEDEX 09

Pour tous les autres domaines, le Médiateur varie selon l’organisme d’assurance. Nous vous invitons à vous reporter aux Conditions Générales de votre contrat.

Le Médiateur, personnalité extérieure à JACQUES BOULARD rend son avis en toute indépendance. Il ne peut être saisi qu’après épuisement des voies de recours amiables auprès du cabinet JACQUES BOULARD et avant l’ouverture de toute action en justice. Une fois l’avis du Médiateur rendu, si un désaccord persiste, le recours à une action en justice reste toujours possible. Toutes contestations éventuelles à défaut d’accord amiable sont de la compétence des tribunaux civils français.